Biobble
sign in with facebook | sign in |
Search Biobble Search Biobble


Julie Masmejean

Biobble Biographer Perpetual preservation

Julie Masmejean

Biographe officielle Biobble VIP


Add
I like
Qualifer
Visits : 1792
"I like" number : 2
About
Address
Cergy
France

More
Author
Julie Masmejean
bio
ma bio


1981 - 1990 1991 - 2000 2001 - 2010
 
I like 0
Qualifer 0
Share
March 08, 1983
Ma mère est infirmière de nuit aux Urgences. Au petit matin, en sortant, elle tombe nez à nez avec le sosie du Che, mon père, rentré de l'armée dans la nuit.
 
I like 0
Qualifer 0
Share
November 10, 1983
4 heures après deux kilos de spaghettis bolognaise, c'est à l'hôpital d'Argenteuil où elle est simplement venue rendre visite à une collègue, que ma mère au petit matin, décidemment, accouche de ma frimousse.
Après avoir tenté de raisonner ma mère qui souhaitait m'appeler Fleur ou Cerise, mes parents opteront pour Julie. Née sous le signe du scorpion et du cochon, c'est déjà bien suffisant !
On quitte cet hôpital du 95, au bout de 48 heures, pour retourner « chez nous », à Paris. À cet instant précis je ne sais pas encore que 20 ans plus tard, c'est dans ce département que je rencontrerai ce qu'on appelle communément, « le grand amour ».
 
I like 0
Qualifer 0
Share
May 24, 1992
L'enfance s'écoule, grâcieuse et insouciante. Bientôt 10 ans. Je rentre de l'école en courant pour ne pas rater le début de Princesse Sarah sur France 3. Jonathan, mon amoureux se moque de moi. Pour lui c'est facile, Capitaine Conan ne commence qu'à 18 heures.
Mais aujourdhui, ma mère n'est pas là. C'est Georgette la concierge qui m'attend et m'explique. Pendant que je travaille mes gammes de piano et me tord les doigts sur du Chopin, ma mère met au monde un petit ange, Raphaël... qui va s'avérer être un petit démon hurlant tout le temps. Mon père m'offre alors un walkman. Je passe mes dimanches à écouter Lio, dont les paroles des chansons s'apprennent bien plus vite que les fameux poèmes de Prévert.
 
I like 0
Qualifer 0
Share
February 19, 1994
Mon grand-père meurt d'un cancer, mais j'aurai préféré que ce soit ma grand-mère qui disparaisse. Sentiment gênant.
En rentrant de colonie après les vacances de Pâques, Alex, mon second petit frère est arrivé au monde.
Moi qui voulais une petite soeur, je me résigne et range toutes mes Barbie dans des cartons. Je les ressors bien vite. Quelques jours plus tard, ma chatte Réglisse-Menthe, âgée de 10 ans vient mourrir contre mes jambes. Je pleure, ai l'impression d'être déchirée de l'intérieur. Une douleur plus forte que pour mon grand-père. Là encore, ça me fait tout drôle.

 
I like 0
Qualifer 0
Share
April 1995
A la sortie des cours, la police, un élève de 4ème en sang au sol, et des gamins qui crient autour. En titre du Parisien le lendemain, je ne comprends pas vraiment. Le jeune est mort dans la nuit des suites d'un traumatisme crânien. On parle d'un règlement de compte et de racket. Tout cela me semble tellement loin de mes 12 ans.
 
I like 0
Qualifer 0
Share
September 1995
Par une suite prévisible, ma rentrée en classe de 5ème se passe dans un collège privé catholique, bien que mes parents, sur les bords anarchistes, ne soient guère enchantés.
Les portes massives de ce collège s'ouvrent à moi comme un recours, et pourtant la panique m'assaille à l'idée de porter une lourde croix de bois autour de cou, et de devoir prier un pseudo surhomme qui dort dans les nuages. Les préjugés s'avèrent souvent faux. Ici, ni uniformes, ni messe obligatoire, et des professeurs pas comme les autres.

 
I like 0
Qualifer 0
Share
June 1998
J'oublierai de réviser mon brevet des collèges, les règles d'orthographes et de conjugaison, pour préférer, avec l'accord de mon prof de français, dévorer La Peste et L'Etranger de Camus.
 
I like 0
Qualifer 0
Share
August 1998
L'appartement devient vraiment trop petit. Quitter ma chambre avec au loin le Sacré-Coeur m'anéantit. Cartons. Déménagement. Tout recommencer. Arrivée en banlieue trois jours avant mon entrée en seconde. Je décide de ne plus remettre au mur mes posters de Leonardo Di Caprio.
Dehors, moins de bruits, moins de lumières et beaucoup plus d'arbres. Je n'entends plus le métro, et à dire vrai, ça m'effraie un peu.
Les années lycée passent fougueusement. On vit tout avec passion quand on a 16ans.
Rituels d'amitié et échanges secrets de sang, rumeurs, joies, peine, pleurs, jalousie...et des garçons partout. Tout passe très vite, aussi vite qu'un métro.
 
I like 0
Qualifer 0
Share
December 31, 1999 - January 01, 2000
Je m'attendais à des explosions partout, des gens qui deviennent fous et des monstres qui sortent de terre. Il n'en est rien.
Je fais avec mes amis de lycée un nouvel an « Revival - années 70 », dans une grande maison du Vexin.
C'est en Janis Joplin que je tombe sous le charme d'un mec déguisé en Hippie, qui deviendra quelques jours plus tard, sans que les vapeurs illégales de la soirée me l'aient prédit, mon premier amour et mon premier amant.
 
I like 0
Qualifer 0
Share
October 2001
Entrée à l'université. Un peu déçue, je m'attendais à un campus à l'américaine, comme dans les séries. Flirter avec un quater back et me le faire voler par une poom-poom girl.
En fait, rien. La cantine est toujours aussi insipide, les étudiants qui refont le monde ont les mêmes têtes qu'au lycée, avec les cheveux encore plus longs. Les fameux amphis sont en fait de simples salles de cours, chaises qui grincent, tables recouvertes d'insultes, de secrets, de pensées éclaires, sauf qu'en plus il y fait beaucoup plus froid. Je romps tout contact avec les gens de « l'époque lycée », sans un mot.
Je m'inscris en Lettres Modernes, un peu par facilité et sans réelle conviction. Le temps passe et les notes suivent. Entre option « analyse cinématographique » et « histoire du théâtre», j'imite Forlani, et Villard devient mon maître à penser.
 
I like 0
Qualifer 0
Share
June 2003
Année bouleversante. J'obtiens ma licence avec mention, m'inscris alors sans trop y réfléchir, comme par réflexe, en maîtrise.
C'est au mois d'août que mon deuxième grand amour me largue lamentablement devant les marches d'une église. Cette fois c'est sûr, Dieu n'existe pas. Impression renversante que jamais je ne me relèverai.
Quelques semaines après, avec ma meilleure amie de l'époque, je me fais tatouer le bas du dos. Le symbole à reproduire que j'ai donné au tatoueur a été dessiné par mon premier amour... définitivement pas rancunier.
 
I like 0
Qualifer 0
Share
October 2003
Je me rétablis doucement dans les bras d'un pianiste, de 10 ans mon aîné, rencontré dans une brocante. Il ne me demande jamais aucune explication, on se parle peu et c'est tant mieux, je ne veux plus jamais pleurer pour un homme.
 
I like 0
Qualifer 0
Share
December 15, 2003
En hiver on espère jamais rien et pourtant on s'attend à tout.
4 heures du matin, la piste de danse s'est bien vidée. On n'est plus que quelques uns à vouloir oublier le temps. Je ne me souviens même plus du thème de cette soirée étudiante. Un type sur le côté qui me regarde vient me taxer une clope. Repart. Puis me demande l'heure. Repart. Finit par me raconter des conneries. Il me fait rire. Ou c'est l'alcool. Je ne sais pas trop si c'est sa nature ou s'il joue. Le lendemain en me réveillant, je pense encore à lui.
 
I like 0
Qualifer 0
Share
December 17, 2003
Un peu angoissée, je l'attends pour déjeuner, sans bien me souvenir de son visage. Les heures s'écoulent sans crier gare, et je me retrouve contre lui, son dos, son coeur, ses mains. Debout dans le noir, il fume nu à sa fenêtre. Sans trop savoir d'où ça vient, j'ai comme une boule dans la gorge et le sentiment que quelque chose d'important est en train de se jouer.
Le lundi matin, j'ai rendez-vous à ma fac pour déposer le thème de mon mémoire, « Les mots érotiques et pornographiques dans la langue française et ses dictionnaires ».
 
I like 0
Qualifer 0
Share
November 2006
23 ans. Déjà, ou seulement.
J'ai fini mon cursus universitaire depuis un mois. Deux mémoires après, félicitations, mentions et poignées de mains. Au final, je ne suis pas plus avancée.
Quand on est petit on a toujours la tête pleine de rêves, de métiers improbables qu'on voudrait exercer, « quand je serais grande, hé ba moi je serai une princesse cosmonaute ».
Maintenant il faut chercher, errer, s'écouter soi-même comme si on était quelqu'un d'autre, une quête du Graal toute personnelle.
Heureusement, lui est toujours là. Les sourires entendus et les silences qui veulent tout dire.
Le voir marcher vers moi, j'ai le coeur qui bat. Et cette boule dans la gorge qui reste. Et ce sentiment que j'ose m'avouer pour lui dire parfois, que je n'ai jamais tant aimé, que je ne savais même pas que cela était possible.
1981 - 1990 1991 - 2000 2001 - 2010
Top
 

Follow biobble on Twitter